Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2016

Ryôichi Wagô, Jets de poèmes, dans le vif de Fukushima (lecture de Nathalie Riera)

 

 

 

Ryôichi Wagô

Jets de poèmes

dans le vif de Fukushima

 

po&psy a parte érès, 2016

Traduit du japonais par Corinne Atlan

Encres sur papier de soie: Elisabeth Gérony-Forestier

 

WagoRyoichiPebbles1.jpg

Ryôichi Wagô

 

 

Retour temporaire à leur domicile de personnes évacuées de Minamisôma et Tomioka, préfecture de Fukushima. Première autorisation de retour accordée par les collectivités régionales de la zone côtière.

15217 morts, 8666 disparus.

(25 mai 2011)

 

Le 11 mars 2011, le poète japonais Ryôichi Wagô décide de rester dans son appartement à dessein de témoigner et de donner à l’espoir une forme palpable, tout en répétant inlassablement « Il n’est pas de nuit sans aube ». Se métamorphoser en asura, écrire comme un asura, ce démon perturbateur de la mythologie hindoue et bouddhique, c’est alors et aussi pour le poète une manière de « ne pas renoncer à Fukushima, vivre avec Fukushima, vivre Fukushima ». La rage est noire. Et la rage au cœur, Ryôichi décide de tweeter ses pensées, « avec radiations et répliques pour compagnons de route ». Lancer son jet de poèmes, quand dehors, c’est la nuit sans autre perspective que la nuit, avec 100396 maisons entièrement ou partiellement détruites par le séisme, des coupures d’électricité, des largages d’eau par voie aérienne sur les réacteurs, des vrombissements d’hélicoptères, leurs tournoiements incessants dans le ciel, et le nombre de morts qui augmente d’heure en heure. Gymnase et terrain de base-ball se transforment en morgue et en crématorium. Désormais, le nom de Fukushima sonne comme « Ile-du-Malheur ».

 

Mon pays natal est un crépuscule.

5 avril 2011 – 22 : 25

 

Dans la cuisine de l’appartement la vaisselle est en miettes, et dans la salle de bains l’eau de la baignoire est rouge. Le poète se sent désormais revêtu d’un autre moi, « un moi pesant, désespéré, triste, inconsolable ». La catastrophe s’empare de tout, jusqu’à l’intérieur de vous : « La catastrophe est en toi ». Survivre à Fukushima c’est vivre avec les répliques de plus en plus nombreuses, et « l’impression de trembler en permanence », et la solitude de s’approfondir, et la rage à vous tordre le ventre, et votre corps qui n’est plus que larmes. Il faut pourtant pouvoir apaiser la colère, trouver à guérir, malgré la mort et l’anéantissement, « continuer à vivre, même à petit feu ».

Ce qui ne bouge pas, ce sont les souvenirs. Il y a la grand-mère et ses boulettes de riz au miso, l’enfance aux couleurs d’arc-en-ciel, et au bout du tunnel de la catastrophe – la pire depuis le séisme du Kantô de 1923 et le grand tremblement de terre de Kôbe en 1995 –, la prière de voir s’approcher « en catimini le printemps et ses bourgeons », même si demain ce sera vivre le prolongement d’aujourd’hui, endurer le prolongement d’aujourd’hui, écrit le poète.

 

Notre monde a produit le lait du chagrin.

27 mars 2011 – 22 : 22

 

 

Les poèmes-tweet de Ryôichi sont des mantras dispersés chaque jour et chaque nuit sur la toile numérique. Deux mois et dix jours d’un travail d’écriture commencé le 16 mars 2011, avec le soutien de centaine d’abonnés.

Ryôichi Wagô vit toujours à Fukushima. Son recueil « Jets de poèmes/shi no tsubute » a fait l’objet d’une publication au Japon, suivi de : « Hommage silencieux/shi no mokurei » (à la mémoire des disparus) et « Retrouvailles/shi no kaikô » (adressé aux survivants).

 

© Nathalie Riera, 31 mars 2016.

Les Carnets d’Eucharis

 

 

 

EXTRAITS

 

Dis, grand-père, quel goût avaient les steppes de Sibérie pendant la guerre ? Tu sais, grand-père, ici aussi, l’après-guerre a commencé. Sibérie, métaphore de l’hiver. Terre lointaine, quel vent te balaye aujourd’hui ? Je vois un arbre gelé sur une colline.

20 mars 2011 – 22 : 38

 

------------------------------------------------------ (p.77)

 

 

Alerte sismique. Epicentre au large de Miyagi. Alerte sismique. Epicentre au large d’Ibaraki. Alerte sismique. Epicentre au large d’Iwate. Alerte sismique. Epicentre sur la troisième étagère du réfrigérateur. Alerte sismique. Epicentre sur ma chaussure droite. Alerte sismique. Epicentre sur la cagette d’oignons. Alerte sismique. Epicentre sur mon dictionnaire. Alerte sismique. Epicentre au cœur du printemps.

20 mars 2011 – 22 : 52

 

------------------------------------------------------ (p.79)

 

 

Que signifie « maitriser » ? Réplique.

22 mars 2011 – 22 : 08

 

Est-ce que vous savez la « maitriser », l’énergie nucléaire ? Réplique.

22 mars 2011 – 22 : 13

 

L’humanité a-t-elle déjà vu le vrai visage de l’énergie nucléaire ? Réplique.

22 mars 2011 – 22 : 16

 

------------------------------------------------------ (p.103)

 

 

J’appelle la « maîtrise » de mes vœux. Il me reste encore un semblant de famille et de ville natale. C’est une bénédiction… en comparaison de ceux qui ont tout perdu… Que faire sinon pleurer ? Nous sommes pareils à des voyageurs dans une lande sauvage battue par les vents, sur le point de perdre leurs précieuses sandales de paille. Réplique.

22 mars 2011 – 22 : 32

 

------------------------------------------------------ (p.104)

 

 

Les montres du nord-est du Japon retardent toutes d’une minute. Les numériques, les analogiques, les magnétiques, les sabliers, les clepsydres, les cadrans solaires, les horloges à vent, les horloges biologiques. Est-ce qu’elles sont toutes restées bloquées sur 2h47 de l’après-midi le 11 mars ?

1er avril 2011 – 22 : 25

 

------------------------------------------------------ (p.195)

 

201512082730Couv-Wago.jpg

 

L’ouvrage sera disponible en librairie à partir de la mi-avril.

 Le site de l'éditeur

 

Association PO&PSY

95A rue du Castelas, 30260 LIOUC

06 72 67 41 98

poetpsy@orange.fr

http://www.poetpsy.wordpress.com

 

Les personnes intéressées peuvent s'adresser aussi directement à l'éditeur :

Contact

ICI

 

 

 

 

 

 

 

LES CARNETS D'EUCHARIS (Diffusion)

 

 

Les Carnets d’Eucharis

EN LIBRAIRIE

__________________________________________________________________________________________

 

MARSEILLE

 

LIBRAIRIE HISTOIRE DE L’ŒIL

25, rue Fontange

13006 MARSEILLE

 

LIBRAIRIE MAUPETIT

142, La Canebière

13232 MARSEILLE CEDEX 1

 

LIBRAIRIE L’ODEUR DU TEMPS

35, rue Pavillon

13001 MARSEILLE

 

MUCEM

Fort Saint-Jean

14, Quai de la Joliette

13002 MARSEILLE

 

NANCY

 

LIBRAIRIE L’AUTRE RIVE

19, rue du Pont Mouja

54000 NANCY

 

PARIS

 

LIBRAIRIE TSCHANN

125, Bd du Montparnasse

75006 PARIS

 

LIBRAIRIE LA PETITE LUMIERE

14, rue Boulard

75014 PARIS

 

LIBRAIRIE L’ECUME DES PAGES

174, Bd Saint-Germain

75006 PARIS

 

MONACO

 

VILLA LES CAMELIAS

17, Av. Raymond Gramaglia

06230 CAP D’AIL

Les Carnets d’Eucharis

PAR CORRESPONDANCE

__________________________________________________________________________________________

 

Sans titre 1.jpg Sans titre 2.jpg Sans titre 3.jpg Sans titre 4.jpg

 

ROQUEBRUNE-SUR-ARGENS

 

L’ATELIER DES CARNETS D’EUCHARIS

L’Olivier d’Argens – Chemin de l’Iscle

BP 90044

83521 ROQUEBRUNE-SUR-ARGENS CEDEX

 

□ DEUXIÈME NUMÉRO :

Année 2014

[Carnet 2]

22 €, frais de port compris

 

□ TROISIÈME NUMÉRO :

Année 2015

[Paul Auster]

22 €, frais de port compris

 

□ QUATRIÈME NUMÉRO :

Année 2016

[Portraits de poètes – Vol. I]

24 €, frais de port compris

 

logo pdf.jpg Cliquer ICI

 

Les Carnets d’Eucharis

EN CONSULTATION

__________________________________________________________________________________________

 

FRANCE

 

CipM

2 Rue de la Charité, 13002 Marseille

Téléphone : 04 91 91 26 45

 

logo_cipm_300dpi.jpg

 

 

BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE

Quai François Mauriac, 75013 Paris

Téléphone : 01 53 79 59 59

 

logo_43.jpg

 

 

SUISSE

 

Fondation Jan Michalski

Bois Désert, 1147 Montricher, Suisse

Téléphone : + 41 21 864 01 01

 

institution_30892_0528e2b-640.jpg

 

 

23/03/2016

Villa Les Camélias (samedi 19 mars 2016)

 

 

SAMEDI 19/03/2016

VILLA LES CAMÉLIAS

17, avenue Raymond Gramaglia

06320 CAP D’AIL

SITE : Cliquer ICI

 

À l’occasion des expositions de sculptures en bronze, Dessins et Gravures de Simon Manby (avec les poèmes de Sabine Péglion), j’ai eu l’heureux plaisir de présenter la 4ème édition 2016 des Carnets d’Eucharis.

 

 IMG_4410.JPG IMG_4419 bis.jpg

IMG_4417.JPG

Photographies numériques

ǀ [Claude Brunet]

 

IMG_4414 bis.jpg

LES CARNETS D’EUCHARIS

Portraits de Poètes

2016

 

 

 

SAMEDI 26/03/2016

& DIMANCHE 27/03/2016

Festival TRACE DE POÈTE

Marché des éditeurs à la Grange Notre Dame

84800 L’ISLE SUR LA SORGUE

http://tracedepoete.fr/wordpress/?page_id=2195

 

de 10h à 18h

 

Durant ces deux journées, j’occuperai un stand avec la revue PHOENIX.

 

09/03/2016

Les Carnets d'Eucharis N°48 (Hiver 2016)

 

●●●●●●●

Poésie | Littérature Photographie | Arts plastiques

●●●●●●●

 

 

 Les Carnets D'eucharis N°48 Hiver 2016

 

 

 

PHOTOGRAPHIE

Eva Besnyö

 Nathalie Riera ARBRE D’hiver

 

[AUPASDULAVOIR]

Du côté de la poésie&de la prose

 

MARTIN ZIEGLER [Chemins à fleur autrement blancs] [Foery] [notes Laura Fiori]

CLAUDE BRUNET [Vérone & La Piazza delle Erbe & Trieste, libera il tuo futuro]

NATHALIE RIERA [Journal de Trieste – extraits]

 

INGER CHRISTENSEN

Alphabet

---------------------- -------------

Pier Paolo PASOLINI

La longue route de sable

 

[Clairvision]

---------------------- ------------- [Notes monochromes de Jacques Sicard]

 

[des lectures/des portraits]

[Ezra Pound, Posthumous Cantos] par Claude Minière

 

[NOUVELLESPARUTIONS]

CHEMIN DE FER LE SEUILARFUYEN – LE BRUIT DU TEMPS – L’ATELIER CONTEMPORAIN – …

 

Sans titre 1.jpg Sans titre 2.jpg

Les carnets d’eucharis n°48

HIVER 2016

© Nathalie Riera, 2016 | Photographie numérique

■■■

logo pdf.jpg 

Format PDF

Cliquer ici

 

Format revue numérique ICI

04/03/2016

Les Carnets d'Eucharis, ici et là...

agenda du printemps

LCE 2016_dos et 1ère de couv.jpg

 

En communication, ces quelques dates et lieux où Les Carnets d’Eucharis auront le plaisir de vous rencontrer et vous accueillir :

 

SAMEDI 19/03/2016

VILLA LES CAMÉLIAS

17, avenue Raymond Gramaglia

06320 CAP D’AIL

http://www.villalescamelias.com/fr/

 

À partir de 17h, à l’occasion des expositions de sculptures en bronze, Dessins et Gravures de Simon Manby (avec les poèmes de Sabine Péglion), je présenterai en substance la 4ème édition 2016 de la revue.

 

SAMEDI 26/03/2016

& DIMANCHE 27/03/2016

Festival TRACE DE POÈTE

Marché des éditeurs à la Grange Notre Dame

84800 L’ISLE SUR LA SORGUE

http://tracedepoete.fr/wordpress/?page_id=2195

 

de 10h à 18h

 

Durant ce festival, je serai également aux côtés de la poète américaine Jane Hirshfield et ses traductrices Delia Moris et Geneviève Liautard, lors de la lecture de ses poèmes de 19h à 20h

Durant ces deux journées, j’occuperai un stand avec la revue PHOENIX.

 

SAMEDI 23/04/2016

FESTIVAL LE MITAN

En Provence Verte

83170 CAMPS LA SOURCE

 

de 10h à 18h

 

Invitée comme auteur, j’occuperai également un stand.

 

&

 

VENDREDI 10/06/2016

SAMEDI 11/06/2016

DIMANCHE 12/06/2016

MARCHE DE LA POESIE

Place Saint-Sulpice

75006 PARIS

 

Fidèle depuis 2014 au rendez-vous Place St Sulpice, j’occuperai un stand avec les éditeurs et revuistes BLACK HERALD et LE VISAGE VERT.