Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2010

Tristran de Gérard Cartier

Parutions

1er semestre 2010

 

Tristran

Gérard Cartier

tristran 001.jpg 

Editions Obsidiane - Collection Les Solitudes 

Le site de l'éditeur

 

cartier.jpgGérard Cartier est ingénieur (le tunnel sous la Manche, le Lyon - Turin) et poète. Ses premiers livres tirent leur motif de l’Histoire : la déportation de Robert Desnos (Alecto !, Obsidiane, 1994) et la résistance en Vercors (Introduction au désert, Obsidiane, 1996; Le désert et le monde, Flammarion, 1997 - Prix Tristan Tzara). Ses recueils récents composent une autobiographie fantasque (Méridien de Greenwich, Obsidiane, 2000 - Prix Max Jacob), imaginaire (Le hasard, Obsidiane, 2004) ou peut-être véritable (Le petit séminaire, Flammarion, 2007).

Le nouveau livre de Gérard Cartier (dont on trouve les premières traces dans Le Hasard, publié en 2004 par Obsidiane) transporte la légende de Tristan à la fin du dernier siècle, au milieu de la crise irlandaise qui secoue alors le Royaume-Uni. Mais seul importe l’amour sauvage et désespéré unissant les amants, qui ne peut se résoudre que dans la mort : Ils veulent subir cette passion qui les blesse /Et que toute leur raison condamne... Le livre interprète librement le récit, restituant l’ambigüité, le tremblement du sens que les anciens manuscrits doivent aux altérations du temps.

(...)

Gérard Cartier a traduit le poète irlandais Seamus Heaney (La lanterne de l’aubépine, Le Temps des Cerises). Il est par ailleurs, avec Francis Combes, l’initiateur de l’affichage de poèmes dans le métro parisien qui se poursuit depuis 1993.

 

 

 

Site Gérard Cartier

 

 

01/08/2008

Le petit séminaire - Gérard Cartier

seminaire.jpgNé en 1949, Gérard Cartier édifie sans impatience une œuvre inscrite dans l’Histoire et la trame plus secrète de notre tradition. Auteur d’une dizaine d’ouvrages, notamment chez Obsidiane, il a déjà publié Le désert et le monde (Prix Tristan Tzara 1997) dans la collection Poésie/Flammarion.

 

(6ème droite, porte )

O       que revienne
          le premier hiver           qui à peine
se souvient           verse-lui
          le thé brûlant           broie
sur ta planche           poudreuse
          les couleurs           ...


Peins l’ombre           peins
          la lumière           pinceaux
entre les dents           puissante
          comme           un dieu
peins la joie           lancinante...


Dans cet âge           où tout
          se glace           où n’est plus
la beauté           qu’une ombre
          dans les livres           peins l’âme
et le corps           à qui veut
          aimer           encore...

 

La main       et l’oeil
          s’épuisent           mais non
la torche           des passions
          pesant           et mal
adroit           je vois celle
          pourtant             d’autrefois...

Le site de l’auteur

http://mapage.noos.fr/gerard.cartier/