18/07/2011

Yannis RITSOS : "Poème, n'abandonne pas mon corps aux loups"

Yannis RITSOS

 

yr.jpg

 

Sur une corde

 

 

(poèmes traduits du grec

et présentés par Dominique Grandmont)

Solin Editions, 1989

 

 

 

 

 

331

 

Son de tambours, voix lointaines, fumées. Et les statues dans les couloirs des hôpitaux.

 

332

 

Dans cette transparence infinie se balance une tenaille de fer.

 

 

333

 

Voyelles et consonnes, leurs voix sonnent, tombent d’accord et se taisent dans une profonde impartialité.

 

 

334

 

Et maintenant qu’on lui a retiré le bâillon, comment va-t-il faire pour parler ?

 

 

335

 

Toi, Grèce, qui me crucifies mon pain et mes papiers.

 

 

336

 

Sache-le, - ces mélodies sur une corde, ce sont mes clés. Prends-les.

 

 

 

 

 

Commentaires

La première fois que j'ai lu ce nom, c'est en regardant un album de Angélique Ionatos, elle chantait un de ses poèmes.

Écrit par : Amaryllis | 30/07/2011

Écrire un commentaire